Road trip USA Part 1 : Colorado

Quand on pense à l’ouest américain, on ne pense pas forcément au Colorado. Pourtant c’est un état qui a beaucoup à offrir, comme on a pu le constater durant les 4 jours qu’on y a passé. Le Colorado offre de multiples facettes, entre les célèbres rocheuses, les prairies, canyons et étendues désertiques qu’on y trouve. Terre de ranch, de rodéos et de pick-up, ce fut la première étape de notre road trip, et on s’est senti de suite transporté par les paysages et le patrimoine culturel de cet état, encore très marqué par la conquête de l’Ouest et la ruée vers l’or. Je crois que c’est l’une des choses que j’ai le plus aimé dans ce voyage, et je me souviens de cette sensation d’être sur la route, les plaines à perte de vue, du Chris Stapleton et autres artistes de country à la radio et… c’est tout. Je crois que c’est à ce moment là que j’ai ressenti ce fameux sentiment de liberté, si caractéristique du road trip américain. On était donc très heureux d’avoir fait le choix de découvrir une (petite) partie du Colorado, car on y a trouvé ce côté Amérique profonde qu’on recherchait, et on espère vraiment avoir un jour l’occasion d’y retourner pour en voir davantage. Voici donc ce qu’on a fait là-bas, mes bons plans et bonnes adresses :

____________________________________________________________

Denver

Capitale du Colorado, pour nous Denver représentera toujours notre premier pas sur le sol américain. Une fois sortis de l’aéroport sans encombre, la voiture louée (plus de détails à ce sujet sur mon article « Préparer un road trip aux Etats-Unis »), on a pris la direction de notre Airbnb. Car pour nous c’était surtout ça Denver, une ville dortoir à partir de laquelle on a pu visiter pas mal de choses aux alentours. Apparemment la ville n’a rien de spécial à offrir, sur le plan touristique en tout cas, donc on a pas chercher à se rendre plus en centre-ville.

Notre airbnb était génial (vous avez toujours 25€ de réduction sur votre première réservation d’un montant minimum de 65€ via ce lien), et surtout avec un excellent rapport qualité/prix ! On avait accès au sous-sol aménagé où nous étions en totale autonomie, avec un boîtier pour récupérer et laisser les clés derrière nous. Cuisine, chambre, salle de bains, petit coin salle à manger et salon, avec en prime une machine à laver (dont on a pas eu l’utilité vu qu’on était au début du voyage, mais bon). Un vrai bon plan, situé dans une zone résidentielle calme, au sud de la ville. Pour le découvrir plus en détails c’est par ici.

Pour notre premier petit déjeuner au pays de l’Oncle Sam, on s’est rendu dans un vrai diner à l’ancienne, ceux où les locaux se rendent, où les portions sont gargantuesques, où les décors font rétro sans tomber dans le too much, où les serveuses en uniforme te resservent du café ton mug à moitié entamé… Bref un diner comme dans Pulp Fiction où Ringo et Yolanda font leur hold up quoi ! Et on a trouvé tout ça au Breakfast King. Gaufres, pancakes, pain perdu, œufs brouillés, assiette complète avec saucisse, œuf, bacon, pommes de terre… C’était beaucoup trop d’un coup pour les gourmands qu’on est, le choix était trop dur ! Finalement j’ai opté pour une gaufre (immense) avec des blueberries (des myrtilles quoi), et Kévin une assiette avec pas mal de viande et des œufs. Un régal, dans une ambiance authentique… mais diable que c’était copieux !

____________________________________________________________

Red Rocks Park & Red Rocks Amphitheatre

A l’ouest de Denver se trouve le Red Rocks Park, un ensemble de roches rouges (formation géologique qu’on retrouve à différents endroits dans le Colorado) où on a adoré se balader et profiter de la vue. Je crois qu’on est tombé amoureux du Colorado immédiatement à ce moment là. Si vous avez le temps d’aller arpenter le petit sentier de randonnée (environ 1h30 de marche) n’hésitez pas !

Mais ce qui fait la renommé de ce parc c’est bien sûr son amphithéâtre naturel fait dans la roche. On aurait rêvé assister à un concert, malheureusement ce qui était programmé les deux jours où nous étions à Denver n’était clairement pas pour nous… Mais quel pied ça doit être de vivre un concert là dedans, l’acoustique doit être folle ! Du coup on a visité l’amphithéâtre en journée, véritable salle de sport à ciel ouvert où les locaux venus faire leurs séances quotidiennes croisent les touristes curieux. Si vous souhaitez vous y rendre en journée attention à l’heure, s’il y a un concert le soir l’accès à l’amphithéâtre ferme en début d’après-midi (on s’est fait avoir le premier jour…).

____________________________________________________________

Mont Evans & Idaho Springs

Depuis Denver, nous avions prévu de nous rendre au sommet du Mont Evans, une montagne qui culmine à 4 347 mètres d’altitude. C’est l’une des 53 ‘Fourteeners’ du Colorado, les montagnes qui dépassent 14000 pieds d’altitude (4200 m). Nous avions hésité avec les Pikes Peak (4301 mètres), près de Colorado Springs, mais nous n’avions du temps que pour une montagne. J’avais un doute sur le fait qu’on puisse monter jusqu’au sommet du Mont Evans, la route couvrant les derniers kilomètres étant généralement fermée d’octobre à mi-mai. Un arrêt au Visitor Center d’Idaho Springs, et notre crainte est confirmée. On décide malgré tout de prendre la route pour prendre un peu d’altitude, jusqu’à l’Echo Lake, recouvert alors presque totalement de glace. Un calme plat, de la neige jusqu’aux genoux par endroit, on comprend mieux pourquoi la route est fermée un peu plus haut.

En redescendant du lac on décide de s’arrêter un peu dans la petite ville d’Idaho Springs (à 45 minutes de Denver environ), où fut découvert en 1859 l’une des premières mines d’or des Montagnes Rocheuses. Le passé minier y est d’ailleurs très présent, on peut y visiter l’ancienne mine restée dans l’état pour en découvrir plus sur le processus d’extraction de l’or. Nous n’avons pas fait la visite car pressés par le temps, mais on adoré se balader dans cette petite ville bourrée de charme, presque figée dans le temps.

____________________________________________________________

Manitou Springs & Garden of the Gods

On quitte notre Airbnb à Denver pour prendre la direction de Colorado Springs, à un peu plus d’1 heure de route. Nous ne faisons que passer dans la ville, direction le célèbre Garden of the Gods et la petite ville de Manitou Springs. On s’arrête d’abord dans cette dernière, et alors qu’on avait peu croisé de touristes jusqu’alors, on constate que l’endroit attire du monde. C’est une ville fondée en 1872, pour être à l’origine une station thermale. Située au pied des Pikes Peak, Manitou Springs tire son nom des sources d’eau minérale situées dans le coin. Premier objectif en arrivant : se garer ! Heureusement j’avais fais du repérage sur internet avant, et voici les parkings les mieux placés : Wichita Lot (708 Manitou Avenue), Canon Lot (135 Cañon Avenue) ou Smischny Lot (1134 Manitou Avenue). On s’est baladé une petite heure dans la ville, dont le côté touristique nous a un peu dérangé, mais où on a aussi pu voir de très beau bâtiment et un petit charme qui vaut le coup d’œil. Avec 1 ou 2 heures de plus on aurait peut-être pris le temps d’aller arpenter les marches du The incline (un grand escalier avec un gros dénivelé), et visiter le Miramont Castle Museum (apparemment intéressant et supposément hanté).

Avant de partir pour le Garden of The Gods, on décide de s’arrêter au Manitou Brewing Company, une brasserie qui propose leurs propres bières artisanales. Kévin était aux anges, qu’on se le dise. L’endroit est plein à craquer mais on finit par finalement trouver de quoi s’assoir. Côté food on choisit l’un des burgers à la carte, après avoir hésité longuement avec les tapas. On prend tous les deux un Incline Burger, très bon jusqu’à ce que je me souvienne qu’il y avait écris Japaleños sur la liste des ingrédients… j’ai cru crever !

Le ventre rempli, la bouche en feu, on prend la route du Garden of The Gods, un parc (gratuit) où s’élèvent d’immenses formations de roche rouge (jusqu’à 90 m). Les routes traversant le parc sont très agréables, et contrairement à ce que je craignais la circulation y était fluide (on y était un samedi, au mois de mai). Les aires de stationnement sont en plus très bien conçues et dispersées le long du circuit. Du coup c’est facile de s’arrêter pour emprunter à pied les différents sentiers de 3 à 5 miles qui permettent de se promener autour des rochers les plus connus. N’hésitez pas à prendre de la hauteur d’ailleurs et de monter quelques marches, on a trouvé de superbes points de vue ! Pensez à passer au Visitor Center avant, on ne l’a pas fait et on a regretté de ne pas avoir de plan du parc pour mieux s’y retrouver. Pour le temps de visite c’est vraiment selon le temps que vous souhaitez y consacrer. Une heure minimum pour traverser le parc en voiture et faire quelques arrêts photos, et facilement une demi-journée pour prendre le temps de se promener à pied.

On passe la nuit à Colorado Springs, au Rodeway Inn & Suites Colorado Springs réservé via Booking. Rien à redire sur ce motel (le premier de notre vie haha), avec un bon rapport qualité/prix, et propre. On recommande !

____________________________________________________________

Great Sand Dunes National Park

Le lendemain on roule 2h30 pour notre dernière étape dans l’État du Colorado : le parc national Great Sand Dunes. Pas forcément le plus connu, mais ce parc se trouvait non loin de notre route vers le Nouveau-Mexique, et ce mélange de dunes et de montagne a attisé notre curiosité. On y a passé une journée entière et une nuit, ce qui était très bien pour profiter du parc. Une fois arrivés au parc, nous avons acheté auprès du ranger posté à l’entrée le fameux Pass America the Beautiful.

Zoom sur le Pass America the Beautiful : C’est définitivement la carte à posséder si vous prévoyez de visiter plusieurs parcs nationaux aux Etats-Unis. Le pass coûte 80$ pour un véhicule avec 4 personnes (ou pour deux motos) et vous donne un accès illimité durant 1 an aux parcs nationaux gérés au niveau fédéral par le National Park Service (NPS). On peut citer parmi les parcs concernés Yosemite, Grand Canyon, Bryce… vous avez la liste complète ici. Il est rentable généralement au bout de 4 parcs visités, une entrée pour une voiture coutant généralement dans les 30$. Attention il ne marche pas dans les State Parks (SP), gérés par les administrations des différents États, ni dans les parcs tribaux gérés par les indiens comme la Monument Valley. Pour l’acheter je vous conseille de faire comme nous, à l’entrée du premier parc visité. C’est simple et rapide. Vous pouvez l’acheter en ligne mais les frais de port sont importants donc pas d’intérêts…

Une fois dans le parc, on fait un tour rapide au Visitor Center avant de s’arrêter sur le Great Sand Dunes Parking, point de départ pour se rendre aux dunes à pied. A peine sortis du parking, on doit passer un petit courant d’eau. Et là c’est le dilemme : pied nu ou en chaussure ? On choisit de garder nos chaussures de randonnée, et on ressort les chaussettes humides (au retour j’ai choisi l’option pied nu, j’ai cru que j’allais perdre mes orteils tant l’eau était gelée !). On arrive ensuite au niveau des dunes, on en passe une, deux, trois… c’est fatiguant mais le spectacle est saisissant. C’est assez unique d’assister à ce mélange de dunes et de montagnes.

Après s’être débarrassé du sable dans nos chaussures, on décide de se faire une petite balade dans la forêt via un sentier de randonnée (en fait on voulait juste croiser des ours, mais le destin en a décidé autrement…).

Une fois nos jambes bien entamées, on s’installe dans le seul camping à l’intérieur du parc : le Pinon Flats Campground. Pensez à réserver à l’avance, même en m’y prenant des mois à l’avance c’était tout juste qu’on trouve un emplacement libre. Une fois arrivés au camping c’est la surprise : personne n’est sur place pour nous accueillir (peut-être parce que ce n’était pas la haute saison). On récupère un plan du site dans une sorte de poste d’accueil et on file s’installer su l’emplacement que nous avions réservé. On découvre pour la première fois le camping typique façon US : des emplacements spacieux, plats, un coin barbecue et… une boîte à ours ! Si vous campez dans certains parcs nationaux, vous aurez l’occasion de l’utiliser. C’est une box destinée à y placer tout produit odorant (nourriture, produits d’hygiène…) de façon à les tenir hors de portée des ours (et éviter d’avoir une visite nocturne dans la tente, ou qu’ils ne cherchent à s’introduire dans la voiture). La nuit fut très très froide ! Certainement la plus froide de notre séjour malgré nos duvets de bonne qualité… On était pas mécontent de se réfugier dans la voiture tôt le matin avec le chauffage plein gaz !

Le lendemain c’est avec un peu de tristesse qu’on quitte le Colorado pour lequel on a eu un vrai coup de cœur… direction un nouvel état, une nouvelle ambiance : le Nouveau-Mexique !

Pour visionner notre vlog retraçant cette partie du voyage au Colorado, ça se passe sur cette vidéo Youtube :



Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :