Préparer un road trip aux Etats Unis

IMG_9898
Golden Gate, San Francisco (Californie)

Ceux qui me suivent sur les réseaux le savent, je rentre tout juste d’un road trip de folie aux USA ! C’était absolument génial, à la fois dépaysant mais avec quelque chose de très familier… c’est là qu’on voit qu’on est vraiment bercé par la culture américaine ! Une expérience unique qu’on a vécu pleinement avec ma moitié pendant un petit mois. C’était un rêve et j’ai voulu tout orchestrer de A à Z : hors de question de passer par une agence de voyage, je tenais absolument à tout organiser, car pour moi la projection et l’organisation c’est déjà commencer à se mettre dans l’ambiance du voyage. Alors oui ça prend un temps fou, mais j’adore ça ! Mais rien à voir avec nos petits séjours de quelques jours dans les capitales européennes. On peut dire que c’était notre premier « gros » voyage, et la première fois sur le sol américain. Alors oui forcément, on avait quelques appréhensions avant de partir. Mais finalement lorsqu’on s’y prend des mois à l’avance, on a le temps de bien mûrir son projet, de réfléchir à tous les détails pour pouvoir vivre son expérience le plus sereinement possible une fois sur place.

Suite à vos nombreuses questions sur l’organisation d’un tel voyage, je vais reprendre pas à pas toutes les étapes de cette dernière, dans l’ordre de priorité : création de l’itinéraire, démarches administratives obligatoires, recommandées, conseils… Je vous partagerais également notre budget total, pour que vous ayez une idée globale de ce que peut coûter un tel voyage.

#1 Repérer les points d’intérêts de sa destination et créer son itinéraire

Bien sûr avant tout chose il faut que vous vous décidiez sur votre destination, en fonction de là où votre cœur vous dit d’aller quand vous pensez au rêve américain. Tout voyageur n’a pas forcément les mêmes attentes, à vous de voir ce que vous voulez privilégier : découverte de grands sites naturels, visite de villes ou encore farniente sur la plage. Vous ne savez pas par où commencer ? Inspirez vous des blogs de voyage, de tripadvisor ou encore du Guide du Routard. L’Amérique est immense, donc ne soyez pas trop ambitieux dans votre projet et concentrez-vous sur une zone (est, nord, ouest…).

Déterminez sur combien de temps vous pouvez/souhaitez partir, et commencez à calculer les distances entre chaque point d’intérêt préalablement repéré. Google Maps est très bien pour ça, puisque vous pouvez rentrer un itinéraire avec plusieurs étapes (le nombre est limité par contre). De cette façon vous allez calculer le nombre de kilomètres que vous aurez à parcourir à partir de votre itinéraire. Pensez néanmoins à ajouter au moins 500 km à ce résultat, car sur place on fait forcément tout un tas de petits trajets supplémentaires (pour se rendre au logement, faire des courses, quand on se perd…) qui vont faire gonfler la distance totale parcourue.

Nous nous sommes arrêtés sur un voyage de 28 jours (dont 2 jours de vols), fixé en mai 2019, à la fois pour profiter de la météo encore douce de ce mois (mais encore très fraîche la nuit… attention si vous campez !), mais aussi pour éviter la vague de touristes de l’été. Après de nombreux changements, discussions et concessions, voici notre itinéraire :

Capture d'écran 2019-04-24 15.48.36

Au total nous avons parcouru 6 états (Colorado, Nouveau-Mexique, Arizona, Utah,  Nevada, Californie) pour un total de 4500 km (à peu près ce que nous avions estimé). Nous avons fait en sorte de profiter au mieux de chaque étape, en prévoyant assez de temps sur place. Le rythme était parfait, à la fois soutenu, pour en voir le plus possible, mais pas non plus précipité.

Et pourtant ce parcours n’était pas celui que nous imaginions au tout début. On avait été un peu gourmand, et on a vite dû revoir nos ambitions à la baisse: sur la même durée, nous voulions ajouter New York et la Nouvelle-Orléans à notre itinéraire, en prévoyant même un vol interne. En plus de faire exploser notre budget, on se retrouvait avec des trajets très longs entre certaines étapes (près de 10 heures !), donc on a changé nos plans. Dans le mesure du possible je pense qu’il faut éviter de passer trop de temps sur la route entre deux étapes, c’est fatiguant et ça donne l’impression de perdre des journées. Au final avec cet itinéraire, nous étions sur une moyenne de 150 km par jour, ce qui selon moi est totalement raisonnable (certains jours nous avons roulé beaucoup plus, et d’autres pas du tout).

On a un temps réfléchi à la possibilité de faire une boucle, pour économiser les frais d’abandon de la voiture de location (plus de détails à l’étape #5), mais on a très vite abandonné l’idée car c’était impossible de visiter tout ce que l’on souhaitait ainsi, avec beaucoup de kilomètres parcourus sans rien voir.

IMG_8590
Canyon de Chelly (Arizona)

#2 Se procurer passeport et autorisation ESTA

Votre voyage commence à se préciser, parfait ! Mais avant tout chose, assurez-vous d’avoir l’autorisation de fouler le sol américain.

Si vous n’avez pas de passeport, c’est le moment d’en faire un ! Il est valide ensuite 10 ans, donc ce sera une bonne excuse pour continuer de voyager par la suite ! La pré-demande se fait en ligne, ainsi que le paiement des frais de dossier (42€) et du timbre fiscal officiel (86€). Vous devez ensuite vous rendre en Mairie pour finaliser la demande avec les pièces justificatives. Attention les délais peuvent être longs pour obtenir un RDV selon la ville, idem pour la fabrication et l’envoi du passeport qui sont variables (2 à 3 semaines). C’est pourquoi il vaut mieux s’y prendre au plus tôt pour être tranquille.

Une fois vos passeports en poche, vous pouvez faire la demande d’autorisation ESTA, qui permet de se rendre aux États-Unis sans visa pendant une période de 90 jours maximum. La demande d’ESTA se fait en ligne, c’est facile, bien que parfois étonnant (« Hé est-ce que par hasard vous projetteriez pas de réaliser un acte terroriste sur le sol américain ? »). La procédure coûte 14 $ en passant par le site officiel (faites attention aux autres sites non officiels qui vous la facture bien plus cher). Généralement la demande est approuvée après quelques secondes, et n’excède jamais 72 heures. Une fois l’autorisation approuvée, il est conseillé d’avoir avec soi son autorisation imprimée, pour prévenir un problème informatique dans le système de reconnaissance électronique des ESTA lors du départ.

#3 Acheter ses billets d’avion

Cette étape s’est faite en parallèle de la précédente. En effet outre la comparaison des vols entre 2 mêmes villes de départ et d’arrivée, nous avons comparé les vols sur différentes villes (exemple : San Francisco – Toulouse et Los Angeles – Toulouse) sur une même date. On a été surpris de voir de gros écarts de prix entre certaines aéroports. A prendre en compte car cela peut permettre de faire des économies mais ça peut aussi transformer votre itinéraire en fonction de là où vous atterrissez/décollez.

Nous avons pris plusieurs jours pour bien parcourir différents comparateurs de vols, notamment pour jauger entre le prix d’avion, le nombre d’escale, les temps de vols… Quoi qu’il en soit, plus tôt vous prendrez vos billets, moins cher ce sera ! Par contre une fois les comparaisons faites et les vols choisis, nous n’avons pas acheté nos billets sur les comparateurs de vol. Je préfère acheter directement sur le site de la ou les compagnies aériennes repérées.

L’autre question qui s’est posée était de passer par une ou plusieurs compagnies aériennes, avec des vols séparés, et non pas une reservation unique (un seul paiement pour un ensemble de vols). Le risque est qu’en cas de retard de votre premier avion assuré par une compagnie X, vous ratiez votre correspondance avec la compagnie Y. Et dans ce cas là votre second vol ne sera pas remboursé… Alors oui c’était un risque, mais un risque qu’on a pris au vu de la différence ENORME de prix. Nous sommes donc parti avec 2 compagnies low-cost : Easy Jet pour nous rendre dans un premier temps à Londres, pour ensuite passer par la compagnie Norwegian pour voler jusqu’à Denver (Colorado). On a quand même fait attention de prendre des correspondances de plusieurs heures, histoire de s’assurer un peu de marge en cas de retard, mais aussi pour récupérer et réenregistrer les bagages. Pas la solution la plus pratique ni sereine, je vous l’accorde, mais au final notre budget total pour l’avion s’est élevé à 1500€ pour deux… On fait difficilement plus bas, et on a eu aucun problème.

#4 Choisir ses logements

Le choix des logements va vraiment dépendre de vos attentes, de vos exigences mais aussi de votre budget. Personnellement on a toujours cherché la solution la moins onéreuse, tout en étant un minimum correct, en alternant 3 solutions :

  • Les hôtels et auberges de jeunesse que nous avons réservé via booking.com (d’ailleurs vous avez -15€ sur votre prochaine réservation via ce lien). On trouve un peu tous les prix mais il y a toujours la possibilité de trouver un logement avec un bon rapport qualité/prix. D’ailleurs j’avais réservé tous mes logements à l’avance, mais honnêtement du moment que vous n’êtes pas sur une zone hyper touristique, vous trouvez facilement des motels à 50$ la nuit le jour même, voire pour moins cher.

  • Les Airbnb, pour une solution parfois très bon marché et au plus près des locaux (25€ de réduction sur votre première réservation d’un montant minimum de 65€ via ce lien)

Les campings, le parfait moyen pour réduire votre budget logement. Si vous prévoyez de visiter beaucoup de parcs nationaux sachez qu’on trouve facilement de quoi planter une tente (en moyenne 20$ la nuit). L’accès au confort est souvent rudimentaire à ce prix là mais on est vraiment au cœur des sites que l’on visite (et des ours selon les endroits…). Certains campings fonctionnent sur le principe du premier arrivé, premier servi, d’autres fonctionnent sur réservation (pour les campings se trouvant sur les parcs nationaux, ça se passe toujours sur ce site). Attention à certains campings situés dans les parcs nationaux les plus visités, ils sont vite pleins (Yosemite notamment) !

IMG_8366

Piñon Flats Campground, Greats Sand Dunes National Park (Colorado)

#5 Réserver sa voiture, GPS et permis international

Qui dit road trip, dit voiture ! Il faut néanmoins savoir qu’il y a quelques conditions pour toucher un volant aux USA, à savoir avoir 21 ans révolus et posséder votre permis de conduire européen depuis au moins un an. Si vous prévoyez de voyager pour une période inférieure à 3 mois, vous pouvez conduire avec votre permis européen. Mais même si c’est légal, dans la pratique ça peut être plus compliqué. En effet, certains loueurs de voiture demandent à leurs clients français un permis de conduire international (PCI). De plus, si jamais vous tombez sur un policier zélé lors d’un contrôle et que ce dernier se retrouve un peu perturbé devant votre permis européen qu’il ne comprend pas, cela peut amener à une situation un peu délicate. Pour ces raisons, nous avons préféré nous procurer ce fameux PCI. La pré-demande se fait en ligne , après quoi il vous faudra envoyer l’attestation de la demande, une photo d’identité et une enveloppe pré-affranchie (dans laquelle le permis vous sera retourné). Pensez à vous y prendre à l’avance, car le délai de délivrance est variable selon les périodes (environ 5 semaines). Au final, personne ne nous a jamais demandé ce fameux PCI, mais on était quand même rassuré de l’avoir, au cas où.

Une fois que vous vous êtes décidé sur la question de prendre un PCI ou non, place à la réservation de la voiture ! Un point important de votre road trip, car voyager de cette façon donne un peu l’impression de vivre dans sa voiture durant quelques semaines. Et puis on va pas se le cacher, c’est l’un des plus gros postes de dépense d’un road trip (pour nous c’était le plus gros d’ailleurs). Inutile de réserver votre voiture des mois à l’avance, quelques semaines avant le départ suffiront. Prenez le temps néanmoins de repérer les prix sur les comparateurs de location avant de faire votre choix. Pour se faire, nous avons utiliser le site Auto Europe. Contrairement aux comparateurs de vol, nous avons directement réservé notre véhicule sur le site, car c’était moins cher qu’en passant directement par l’agence de location (Alamo pour nous).

Ce qu’il faut savoir c’est que vous ne louez pas un modèle de voiture, mais une catégorie, allant de la petite citadine au pick-up, en passant par les voitures de luxe. A vous de faire votre choix en fonction de votre budget, du confort souhaité et de la place dont vous aurez besoin. Inutile de prendre une citadine pour économiser si c’est pour au final ne pas pouvoir faire entrer ses valises ou pour se retrouver embêter sur certaines routes sinueuses (scenic drive de la Monument Valley par exemple). Nous avons passé un mois dans un SUV, et c’était parfait.

Si vous choisissez de rendre votre voiture dans une autre ville, il faut avoir en tête que cela engendre des frais supplémentaires (250$ pour nous). C’est une somme mais au vu de la configuration de notre road trip et des sites que nous voulions visiter, nous n’avions pas le choix.

Côté assurance, prenez-les en fonction des autres assurances que vous avez déjà (voyage, carte bleue…) afin d’éviter les doublons (cf #6 Assurances). Un article du site road trippin à ce sujet nous a beaucoup aidé pour y voir plus clair.

Certains frais ne peuvent être payé à l’avance, comme ceux pour bénéficier du conducteur additionnel.

Pour rester dans les frais supplémentaires, je ne vous conseillera pas de prendre l’option GPS avec votre voiture. Au final il vous suffit sur place d’avoir un smartphone et une appli GPS (Google Maps par exemple). Pour l’utiliser sans avoir besoin de données mobiles, il vous faudra par contre télécharger sur votre smartphone avant de partir les cartes des zones géographiques où vous comptez vous rendre. Ok ça prend un peu de place sur le téléphone, mais ça marche très bien et surtout ça vous fera économiser le coût de l’option GPS qui est assez élevé.

Une fois sur place : Les agences de location sont situées généralement dans les aéroports (nécessitant parfois de prendre une navette pour s’y rendre). Une fois passés au comptoir, vous choisissez vous-même votre voiture. Il arrive souvent qu’on vous propose d’être surclassé, il faut alors vérifier que ce ne sera pas facturé. Ils ont énormément de voitures récentes, n’hésitez pas à demander si vous êtes perdus avec certaines commandes avant de partir, les employés de l’agence sont aussi là pour ça. Nous avions surtout une appréhension pour la boîte automatique, mais finalement on s’y fait très vite (trop vite ? le retour à une boîte manuelle ensuite est frustrant…).

Pensez aussi à demander s’il n’y a pas d’opérations d’entretien qui vont se présenter prochainement pour la voiture. Par exemple, nous nous sommes retrouvé au milieu de notre voyage avec le voyant de la vidange qui s’est mis à nous clignoter… Si ça vous arrive, inutile de se rendre dans un garage ! Un petit passage à l’agence du coin et on a très vite pu échanger de véhicules, mais c’est toujours du temps perdu.

IMG_8962

#6 Penser aux assurances

C’est connu, se soigner aux USA est très très cher ! Pour 15 minutes à l’hôpital vous pouvez vite vous en sortir avec une facture de 800$… je vous laisse donc imaginer ce que peut coûter une hospitalisation (de quelques milliers à quelques centaines de milliers de dollars). Et puisque le risque zéro n’existe malheureusement pas, mieux vaut anticiper ce point !

On s’est renseigné auprès de nos banques, de nos assureurs en France… Mais au final on s’est rendu compte que rien ne nous couvrait à 100% à l’étranger (surtout si comme nous vous avez des cartes bancaires standards, et non pas des « Infinite », « Gold » et autres). La sécurité sociale quand à elle ne prendrait en charge qu’une partie des soins, mais clairement pas la totalité. M’imaginant déjà dans ma chambre d’hôpital aux USA, le pied dans le plâtre, en train de vendre mes meubles sur le bon coin (stressée, vous avez dis stressée ?), on s’est dit qu’on allait assurer nos arrières.

Nous avons donc souscris à l’assurance voyage « Cap Assistance 24h/24 » proposée par Chapka Assurances, souvent recommandée sur les blogs voyage. Sont compris dans cette formule, entre autre, l’assistance-rapatriement 24/24, le remboursement des frais médicaux et d’hospitalisation, assurance bagages, frais d’avocat, responsabilité civile… La souscription à cette assurance nous a coûté 108€/personne (prix variable en fonction de la destination et la durée du séjour). C’est un coût, clairement, mais c’est aussi le prix de la tranquillité et de la sécurité (car personne n’est à l’abris d’un gros bobo au cours d’une rando, surtout quand tu t’amuses à flirter avec les précipices).

IMG_9194

Grand canyon National Park (Arizona)

#7 Anticiper ses moyens de paiement

A moins de partir avec 3000$ en poche (ce que je recommande moyennement), il est important de penser à ses moyens de paiement une fois sur place.

Avant de partir, un petit rendez-vous avec votre conseiller bancaire peut s’avérer utile. Déjà pour le prévenir de votre départ, car sans cette information votre compte bancaire peut-être bloqué par sécurité, au vu de paiements réguliers réalisés à l’étranger qui peuvent s’apparenter à du piratage.

Aussi il faudra lui demander les éventuels frais occasionnés par un paiement ou un retrait d’argent aux USA avec votre carte bancaire. Par exemple avec ma carte VISA je n’avais aucun frais (enfin si mais ils étaient remboursés peu de temps après), alors que Kévin en avait systématiquement, que ce soit pour les paiements ou les retraits.

Pour pouvoir facilement réaliser des paiements tous les deux, on a finalement opté pour une carte prépayée avec Revolut. Outre le fait de pouvoir facilement virer de l’argent sur cette carte depuis nos comptes bancaires respectifs via une application, les paiements sont sans frais, et avec le taux de change le plus intéressant qui soit. L’exonération des frais pour les retraits d’argent est limitée à 200€ par mois si vous prenez l’offre gratuite, pas énorme pour un voyage de plusieurs semaines, mais comme je n’avais pas de frais avec ma carte bancaire, on a jonglé. Au final on est plutôt satisfaits d’avoir utilisé Revolut, qui ne nous a coûté que l’envoi de la carte (5€ en envoi normal, et 20€ en express). Par contre, on a eu la surprise de constater que la carte ne passait pas partout, notamment dans les automates des stations essence qui n’acceptent pas forcément les cartes prépayées. Rien de grave, il suffisait de pré-payer notre essence dans les supérettes qui sont systématiquement présentes dans les stations. Il fallait juste penser à faire le plein en journée et jamais le Dimanche.

#8 Rester connecté durant le voyage

Si votre forfait ne comprend pas des communications depuis les USA (comme ça doit sûrement être le cas), vous vous poserez peut-être la question de l’utilité de souscrire à un forfait temporaire auprès de votre opérateur. Tout dépend de vos besoins bien sûr en ce qui concerne la possibilité d’appeler et d’envoyer des textos dès que vous le souhaitez, ou encore de vous connecter à internet. On trouve du WIFI assez facilement aux USA, même parfois dans la rue dans certaines grandes villes comme San Francisco. Personnellement en travaillant sur les réseaux j’avais besoin d’avoir accès à des données internet sans dépendre des connexions WIFI que l’on pouvait trouvé sur notre route. J’ai donc pris le Pass USA/canada de chez Orange avec appels/sms illimités + 3Go d’internet pour 30€ (sans engagement) valable 31 jours.

Si vous ne souscrivez pas à ce genre de Pass, faites surtout très attention d’avoir toujours vos données mobiles déconnectées durant votre voyage… Le hors forfait monte très très vite ! Puis bon, la déconnection n’a jamais fait de mal à personne (oui, c’est moi qui dis ça), surtout quand on a en face de soi d’aussi belles productions de la nature.

IMG_9763-4

Yosemite National Park (Californie)

#9 Prendre le temps de construire son roadbook

Cette partie va vraiment dépendre de la façon dont vous concevez le voyage : impro totale sur place ou planification de malade. J’avoue faire partie de la 2nde catégorie. Non pas que je n’aime pas laisser place à l’imprévu (de toute façon il survient forcément à un moment ou un autre), mais j’ai toujours peur de perdre du temps, que ce soit sur la route, ou dans les endroits que l’on visite. Je préfère donc bien me préparer à l’avance, en repérant les excursions que l’on souhaite faire, les lieux à visiter, et même dans quel ordre le faire, de façon à ce que ce soit logique en terme de temps de visite et de situation géographique.

De cette planification m’a amené à créer notre roadbook, qui détaille ainsi jour par jour les lieux où l’on dort, avec les caractéristiques du logement (petit déjeuner compris ou non, laverie à disposition…), les temps de route pour se rendre aux étapes suivantes, les escales ou les petits détours sympas à faire, les excursions prévues… Autant vous dire que c’est un boulot énorme, à compléter petit bout par petit bout pour éviter de s’en dégoûter. Vous pouvez donc vous y prendre des mois à l’avance, mais promis ça aide à patienter, sans oublier le temps et la légèreté d’esprit gagnés quand on l’a avec soi durant son voyage !

La foodie que je suis y a même noté les bonnes adresses pour manger là où on voulait se rendre ! Même si on n’a fait pas le 1/8ième de ce que j’ai pu noter, ça nous permet de toujours manger dans des endroits cools, sans se faire avoir par les attrapes touristes pas top. Et pour ça, Tripadvisor est mon ami !

IMG_8407-5

Manger de la Mexican Food à Taos (Nouveau-Mexique)

#10 Faire sa valise

Pour les bagages on évite de prendre sa maison avec soi et de blinder à mort ses valises (notamment pour rapporter des souvenirs…). Si vous partez plusieurs semaines, il ne sera pas utile de prendre des vêtements propres pour la totalité du séjour. Mieux vaut prévoir de faire 1 ou 2 machines durant le voyage, soit dans les hôtels où vous allez loger qui proposent ce service, soit dans des laveries. Nous avons pris 2 bagages en soute (dont 1 grand sac dédié au matériel de camping) + 2 valises cabines. Attention aux poids et aux tailles réglementaires de vos bagages, car si vous prenez plusieurs compagnies de voyage cela peut varier.

Vous avez vos valises ? Parfait, il ne reste plus qu’à les remplir ! Un moment un peu stressant et fastidieux pour un tel voyage. C’est pourquoi je vous partage notre checklist, non exhaustive bien sûr, mais qui peut vous aider au moment du grand départ !

Documents

Equipements

Trousse de toilette et pharmacie

Vêtements et accessoires

#11 Et sinon côté budget ?

C’est LA question qu’on m’a le plus posé à mon retour ! Forcément avant de se lancer dans un tel projet, il faut d’abord savoir si on en a les moyens, ou si on est prêt à y consacrer autant d’argent. Pour vous aider à y voir un peu plus clair, voici nos principaux postes de dépenses pour notre voyage de 28 jours (bien sûr ce sera différent en fonction de la période de votre voyage, de vos destinations, des tarifs trouvés via les comparateurs…):

Avion : 1500€

Logement : 1200€

Voiture de location : 1300€

Essence : 380€

Assurance voyage : 216€

Je pourrais également vous donner nos dépenses en loisirs, restaurants, courses… qui sont également des postes de dépenses assez conséquents. Mais ça n’aurait pas beaucoup d’intérêt, car ça va vraiment dépendre du mode de consommation de chacun une fois sur place. Pour tout vous dire en voyage on est assez dépensiers (surtout en restaurants haha…), du coup je pense que le pôle loisirs/restaurants doit bien monter entre 1000 et 1200€. Peut-être que ça paraît énorme, mais honnêtement ça va très vite, surtout si vous prévoyez de faire quelques excursions qui gonflent vite le budget (Universal Studios, Alcatraz, Antelope canyon…). Au final, si je devais vous donner un budget total à la louche, je dirais que notre voyage nous a coûté 6000€, soit 3000€ chacun. C’est à peu près ce qu’on avait en tête, et on ne le regrette absolument pas. C’est à ce jour le voyage de notre vie, la plus belle aventure qu’on ait vécu à deux, loin de notre quotidien, de nos proches. Le genre d’expérience qui a un goût de reviens-y…

« Rester, c’est exister, mais voyager, c’est vivre »

Gustave Nadaud

GOPR1899-4.jpg
Horseshoe Bend, Page (Arizona)

Pour jeter un œil aux vlogs retraçant notre voyage, c’est par ici :



Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :