Road trip USA part 3 : Canyon de Chelly et Monument Valley

Après le début de notre voyage aux Etats-Unis dans les Etats du Colorado et du Nouveau-Mexique, on poursuit nos aventures en prenant la route vers l’Arizona et l’Utah, pour découvrir les grands parcs naturels incontournables. Autant vous dire que c’est ce qu’on attendait avec le plus d’impatience ! Depuis Santa Fe (Nouveau-Mexique), plutôt que de tracer directement jusqu’à la star des films de western, la célèbre Monument Valley, on décide d’emprunter une autre route qui nous rallongeait seulement de 15 min (sur 6 heures de route) pour découvrir un site moins célèbre mais pas moins impressionnant : Le Canyon de Chelly en Arizona.


Canyon de Chelly

Le site appartient aux Navajos (les indiens du sud-ouest de l’Amérique du nord), mais l’accès est totalement gratuit. Donc pour récupérer une carte des lieux il vous faudra passer au visitor center. N’étant que de passage, nous prévoyons de longer en voiture la partie sud du canyon, (la plus incontournable) qui s’étend sur 26 kilomètres et qui permet d’accéder à 7 points de vue : le Tunnel Overlook, le Tsegi Overlook, la Junction Overlook, le White House Overlook (depuis lequel on peut apercevoir les fameuses habitations troglodytes des amérindiens Anasazis), le Slide House Overlook, le Face Rock Overlook et le Spider Rock Overlook. Ce dernier offre une vue impressionnante sur le fameux rocher de l’araignée, une aiguille rocheuse de 250 mètres de haut. Je sais pas si c’est parce qu’il s’agissait du premier canyon que l’on découvrait, mais dès le premier point de vue j’ai été soufflé. Même aujourd’hui j’en garde un souvenir particulier : l’immensité du site, le rouge vibrant des pierres… Et surtout personne ! Ok on était pas en pleine saison, mais on était la plupart du temps seuls au monde (si bien qu’on s’est demandé si on était au bon endroit lorsqu’on est arrivé au premier parking).

Spider rock

Le canyon est habité par les Navajos. C’est pourquoi il faut être accompagné d’un guide pour en visiter le fond. Seule la randonnée White House Trail (environ 1h30) partant du White House Overlook qui permet de descendre au fond du canyon et visiter les ruines d’un village peut se faire non accompagné. On ne l’a pas faite pas manque de temps, mais si vous en avez et que vous souhaitez prolonger la visite du canyon, c’est une possibilité.

Le village troglodyte des Anasazis

Tout aurait pu être parfait si… Kevin n’avait pas cassé l’objectif de la Go pro ! J’étais ravie, comme vous pouvez vous en douter. Filmant tout notre voyage pour en faire ensuite des vlogs, on voulait absolument trouver une solution pour continuer de filmer. Du coup, plutôt que de filer à la Monument Valley qui nous tendait les bras, à même pas 2 heures de route, la nuit de camping réservée, on a fait marche arrière direction le Nouveau-Mexique jusqu’à Farmington. A deux heures de route de Chelly, c’était vraiment la seule ville assez grande pour trouver un magasin vendant des Go Pro. Oui parce qu’en territoire Navajo, des hypermarchés ou des magasins spécialisés dans l’électronique ça court vraiment pas les rues (on s’est vite rendu compte que ce sont des territoires assez pauvres, et que l’inclusion des Navajos au reste du territoire américain avait de profondes fêlures…). Après être passé dans un Mcdonald de Farmington où à première vue on a peu l’habitude de voir des français (« Oh my goood a french people ! »), on finit par s’effondrer dans le lit d’un hôtel réservé au dernier moment via Booking. Le seul point positif de cette histoire de go pro : On dort au chaud et dans le confort plutôt qu’au camping de la Monument Valley (le souvenir de la nuit glaciale en tente dans le Colorado est encore frais). Le lendemain, on roule 2 heures pour enfin visiter le site aux célèbres buttes.


Monument Valley

L’entrée au site, qui appartient là aussi aux navajos, est de 20 $ par voiture (le Pass America The Beautiful n’est pas accepté). Je vous conseille avant tout de faire un arrêt au visitor center, dont la terrasse vous offre un super point de vue sur les 3 buttes emblématiques (Merrick Butte, East Mitten Butte et west Mitten Butte). J’imagine que le levé et le couché du soleil doivent être grandioses, mais malheureusement pour nous ce jour-là on avait surtout droit aux nuages et à la pluie. Oui j’avoue, pour une zone assez désertique j’étais « légèrement » dégoûtée. Mais bon ça ne nous a pas empêché de profiter du site !

Une fois le plan des lieux récupéré au visitor center, on remonte en voiture pour emprunter la terreuse valley drive, une route longue de 27 km qui permet d’explorer en autonomie la vallée et ses différents points de vue (compter entre 2 et 3 h). Si elle est praticable en voiture standard, mieux vaut je pense ne pas avoir une voiture trop basse pour la parcourir, car la route est parfois un peu approximative.

Malgré la pluie, passer dans cet endroit mythique, la musique d’Ennio Morricone en fond, a vraiment quelque chose d’assez magique. Les fans de western en frissonneront de tous leurs membres ! De nombreux points pour garer sa voiture ponctuent la valley drive, à partir desquels on peut se promener un peu à pied. Des excursions en 4×4 payantes sont proposées à l’entrée (ainsi que des balades à cheval avec un guide), mais ça reste un budget, et avec mon niveau passable en anglais je n’aurais pas pu profiter des explications du guide de toute façon. On s’est contenté de se repérer avec le plan indiquant les différents points de vue. Un seul sentier dans le parc permet de se rapprocher de West Mitten butte et d’en faire le tour : le Wildcat Trail, une boucle de 5 km qui part du camping.

Le John Ford’s Point, depuis lequel des navajos proposent (moyennant finance) de vous faire monter à cheval pour une photo façon cow-boy

Pour dormir à la Monument Valley : Pour être au sein même du parc et profiter du couché/levé du soleil avec une vue imprenable sur les 3 buttes (si vous avez la chance d’avoir un ciel dégagé, hum… #seum) vous avez le choix entre The View hôtel, les cabines premium View ou The View Campground. On a choisit l’option la plus rudimentaire : le camping, par question d’économie. Les voitures garées sur le parking de ce dernier, les emplacements des tentes sont un peu plus en contrebas. Une fois arrivés à votre emplacement, vous y trouverez uniquement… du sable. Pour le coup pas de tables ou de points barbecue comme dans la majorité des autres campings aux USA. Le seul service proposé est un bloc sanitaire avec des douches et des toilettes, ouf. Que ce soit l’hôtel ou le camping The View, la réservation se font sur le site officiel. Je vous conseille de vous y prendre vraiment tôt car ça part très vite. D’autres possibilités de logement sont possibles (camping et hôtel) mais en dehors du parc et à au moins 10 km de ce dernier.

The View Campground

Pour manger dans le parc, pas 50 possibilités : Vous trouverez quelques sandwichs déjà prêts à l’entrée de The View Restaurant. Sinon vous pouvez manger au restaurant lui même, qui a un très bon rapport qualité/prix et où vous pourrez goûter la spécialité locale : le frybread. C’est en fait une pâte frite dans de l’huile, garni avec des haricots, du bœuf haché ou du fromage. Simple mais bon et copieux. Puis j’avoue que j’étais contente de manger chaud (pas de feu possible au camping) et au chaud, avec en prime la superbe vue sur la Monument Valley, avant d’affronter le froid dans la tente.

Et je vous confirme, la nuit fut froide… ET humide ! Du coup on s’est levé très tôt pour plier la tente, prendre un café au restaurant avant de se diriger vers la prochaine étape de notre road trip : Page !

Pour visionner notre vlog retraçant cette partie du voyage (et un peu plus), ça se passe sur cette vidéo Youtube :



2 thoughts on “Road trip USA part 3 : Canyon de Chelly et Monument Valley”

Répondre à Julie Annuler la réponse.